L’International Data Spaces Association (IDSA) et l’IMT ont signé un accord confirmant que l’IMT devient le hub français de l’IDSA et mobilisera l’écosystème français pour développer un standard européen prometteur pour le partage sécurisé et souverain des données. Avec la création de ce hub français IDSA, les initiatives dans le domaine de l’intelligence artificielle et du partage de données vont considérablement augmenter. La signature a eu lieu à l’occasion du salon Viva Technology qui présentait les dernières innovations et start-up en Europe.

International Data Spaces Association

Philippe Jamet, DG de l’IMT et Lars Nagel : CEO de IDSA à VivaTechnology 2019

Les espaces de données internationaux (IDS) permettent aux entreprises d’échanger des données en toute sécurité sans avoir à exécuter des flux de données via une plateforme centralisée. Le propriétaire original conserve ainsi toujours le contrôle des données et fixe des restrictions et des conditions pour leur utilisation.

Pour l’IMT, la souveraineté des données est un concept fondamental de l’économie des données en plein essor : un environnement digne de confiance est censé sous-tendre tout échange de données entre entreprises dans le futur. IDS est un standard ouvert qui peut être implémenté dans les logiciels de plusieurs entreprises.

En tant que hub français de l’IDSA, l’IMT s’engage à promouvoir les concepts de l’IDSA auprès des organisations publiques et privées en France et souligne les initiatives utiles qui peuvent soutenir le développement de l’IDS au niveau national français.

L’objectif est d’accélérer les activités dans le domaine du partage des données en lançant de nouvelles initiatives en France et en reliant les initiatives existantes entre pays européens dans le cadre de projets européens.

Exemple de cet objectif : les deux grands projets H2020 auxquels l’IMT participe au travers de sa plateforme TeraLab, BOOST 4.0 , consacré à la modélisation de l’avenir de l’industrie ; et AI4EU , réunissant la communauté européenne des IA.

L’IMT s’est vu confier ce rôle clé dans le domaine du partage des données sur la base de ses vastes connaissances dans le domaine des TIC et de sa position au sein d’initiatives dans plusieurs secteurs, tels que l’industrie ou la santé. Pour favoriser de tels projets et le partage de données, l’IMT peut s’appuyer sur sa plateforme TeraLab, qui permet aux entreprises d’accéder à tout un écosystème de chercheurs, start-up et entreprises, et de lever les barrières scientifiques et technologiques pour utiliser leurs données.

Pourquoi IDS ?

Le partage des données au sein des secteurs et, de plus en plus, entre les organisations de tous les secteurs est nécessaire pour être en mesure de soutenir la concurrence.

Il ne suffit plus de collecter et d’analyser uniquement des données au sein d’une entreprise. Ce n’est qu’en combinant les sources de données avec celles d’autres parties prenantes que l’on peut tirer des conclusions précieuses pour les entreprises et optimiser leurs opérations commerciales au sein de la chaîne ou de réseaux de valeur complexes : de la détection précoce des anomalies dans un processus de production à la rationalisation d’une chaîne logistique. International Data Spaces association

Cela fait des données un actif stratégique pour de plus en plus d’entreprises, avec pour conséquence que les organisations veulent garder le contrôle de leur utilisation. Le contrôle de la protection de la vie privée ou de l’information commercialement sensible en est un exemple.

Cependant, le partage des données lui-même devient lui aussi de plus en plus complexe : l’intelligence artificielle, par exemple, offre des opportunités tout en rendant nécessaire une bonne gestion de questions telles que le sens, le contexte et la qualité. Dans le même temps, les coûts du partage des données doivent être réduits afin de permettre une mise en œuvre à grande échelle.

La GTI considère la normalisation dans le domaine du partage des données, telle qu’élaborée par l’IDS, comme une méthode clé pour régler ces questions.

Cela fonctionne également bien avec l’éventail plus large de technologies sur lesquelles l’IMT travaille. Ses activités de recherche et d’expérimentation avec les entreprises pour réaliser des preuves de concepts dans le secteur industriel doivent s’appuyer sur une norme pour faciliter l’échange de données. Il s’agit d’une étape importante vers la réalisation des promesses de l’industrie du futur.

L’IMT et l’International Data Spaces Association

L’initiative IDS est gérée par l’International Data Spaces Association, association européenne à but non lucratif comptant actuellement 100 membres issus de nombreuses industries et instituts de recherche dans 19 pays, principalement européens.

L’IMT, membre de l’association, est particulièrement actif dans le WP Architecture. Grâce au hub français d’IDSA, ces connaissances et cette expérience peuvent désormais être mises à la disposition des autres acteurs du secteur en France, leur permettant ainsi de développer leurs propres applications.

Déjà 6 partenaires officiels IDSA

De plus en plus de pays mettent en place des hubs nationaux avec l’IDSA qui souhaite utiliser ces partenaires pour diffuser sa norme sur la souveraineté des données et les écosystèmes de données en Europe et au-delà, et pour intensifier la coopération avec les organisations et entreprises internationales de R&D.

Avec la France, il existe déjà 6 hubs partenaires (Pays-Bas – TNO, Finlande – VTT, République tchèque – CTU, Italie – Cefriel et Espagne – Innovalia).