Patrick Duvaut, nouveau directeur de l’innovation de l’IMT depuis le 1er octobre

, ,

Précédemment directeur de la recherche et de la recherche partenariale à Télécom ParisTech, Patrick Duvaut succède ainsi à Godefroy Beauvallet qui avait rejoint le cabinet du ministre Christophe Sirugue début 2017.

Patrick Duvaut

Il a dirigé le développement des technologies avancées de la société américaine Globespan (NJ) entre 2000 et 2008, où l’un de ses brevets a ouvert un marché de 300M$ à la société japonaise Soft Bank, comme fournisseur d’accès internet au Japon.

Le nouveau directeur de l’innovation de l’IMT a également lancé et fut CTO de plusieurs start-up : KURTOSIS (Maintenance Prédictive et Sécurité des équipements et organisations sensibles) ; QAMLAB (Solutions QUANTS pour la gestion d’actifs).

Patrick Duvaut est diplômé de l’ENS Cachan, agrégé de Physique, détient un Ph.D en Statistiques et un Post-Doc du MIT (Boston, Etats-Unis). Il a occupé des postes de professeur en France et aux Etats-Unis, dans le domaine du traitement statistique du signal et des données. Il détient 67 brevets (USPTO) dont 3 standards mondiaux. Il a également écrit 3 livres et plus de 150 articles.

Au moment de ses prises de fonction, Patrick Duvaut lance plusieurs projets de crowd innovation en vue de restituer aux citoyens le contrôle de leurs données et de leur procurer un juste retour sur le partage de leurs données et savoir-faire (Fair Return on Shared Data), dans le cadre des « modèles d’affaire situationnels », le tout en conformité avec le règlement européen sur la protection des données personnelles (GDPR).

« J’aurai pour missions principales, en relation étroite avec les écoles et la Direction de la Recherche et de l’innovation de l’IMT, la définition de la stratégie innovation et l’activation des leviers destinés à la mise en œuvre opérationnelle de l’innovation catalytique. Marqueur de l’IMT, l’innovation catalytique met en synergie et « sur mesure » les forces de formation, de recherche, de transfert, des incubateurs, les plateformes et living-labs, en réponse aux demandes des industriels et du monde socio-économique, au périmètre des grandes transformations du XXIe siècle : digitale, industrielle, énergétique-urbaine-écologique, économique-sociétale-éducative et de la santé. »